GARIGLIANO

GARIGLIANO – Campagne d’Italie 1943-1944

Les archives du 5° Régiment de Tirailleurs Marocains

François Barral – Promotion capitaine de Belsunce

 

J’ai récupéré ces archives au Service Historique de la Défense à Vincennes (SHD).

  • Note concernant l’utilisation des archives :

L’administrateur général du SHD nous accorde l’exonération de la redevance et l’autorisation de les diffuser sur notre site aux conditions suivantes :

SHD

 

Je vous demande donc de bien vouloir respecter les conditions de l’autorisation qui nous a été accordée.

Ce document n'a pas les liens sur les archives allez à la rubrique "La documentation", menu de gauche après connexion

J’ai ciblé la période de la campagne d’Italie – Nov 1943 / Juillet 1944. Il s’agissait de trois gros cartons d’archives. Je me suis limité aux archives relatives à l’état-major du régiment et au 3° bataillon. La 11°Cie du capitaine de Belsunce appartenait au 3° Bon.

Quelques précisions

La qualité des documents mis en ligne est très inégale. Les originaux des notes et des ordres en particulier, sont établis sur du papier pelure, avec une frappe machine qualité « terrain ». De plus je ne suis pas un spécialiste de la photo d’archives…

L’abréviation FV utilisée dans tous les documents signifie : fusiliers-voltigeurs.

Dans les ordres de détail ou les CR on ne donne pas le nom des tirailleurs mais leur N° matricule simplifié (ex : 3452 ou 3499).

Les régiments d’infanterie comportaient 3 bataillons (à 3 Cies de combat, une Cie d’appui et une Cie de Cdt)

L’adjudant-major était le titre du capitaine assurant la fonction d’officier adjoint du Cdt de bataillon.

Les trains muletiers du Corps Expéditionnaire Français comptaient environ 2500 bêtes. Certaines sources avancent 5000.

Les archives que j’ai photographiées sont classées en 9 dossiers :

dossiers

SHD2

1 – HISTORIQUE du 5°RTM

Dans les archives du 5° RTM est conservé un livre qui retrace l’histoire du régiment en 1943-1945.    Ce livre n’est pas un document militaire officiel. Il comporte de plus de cent pages, sans auteur et sans référence d’édition. Hormis les pages de garde et la lettre d’introduction du Gal Juin, je n’ai récupéré que le chapitre consacré au mois de mai 1944. Il a de toute évidence été rédigé par un ou des témoins directs.

Lien vers document 10

2 – Journal de marche et des opérations (JMO)

Le fleuve Garigliano a de fait été franchi par la 8° armée britannique dès le 8 février 1944. Elle tient la tête de pont de 4 à 6 Km de profondeur, dans les monts Aurunci, sur la rive droite (ouest) jusqu’à la relève par le CEF (Corps Expéditionnaire Français). Le CEF et la 5° armée US à laquelle il était intégré tenait initialement le front au nord de Cassino. Après la décision d’adopter la proposition du Gal Juin de percer la ligne Gustav par les monts Aurunci et de lancer l’opération DIADEME, les deux armées ont échangé leurs positions (nord – sud) nécessitant une manœuvre logistique d’une rare complexité. A l’issue la 5° Armée US tient la partie sud du front : le 2°CAUS est le long de la cote et le CEF est sur la tête de pont jusqu’à la vallée du Liri au nord.

Pour tenter de masquer ces changements de dispositif le CEF sera équipé du casque GB (le plat à barbe). Les allemands ne semblent pas avoir été mystifiés outre mesure !!

L’extrait de JMO comprend trois périodes :

  • 21 avril au 02 mai 44: le 5°RTM tient un secteur dans la tête de pont du Garigliano
  • Du 3 au 9 mai : au repos vers l’arrière
  • Du 10 au 17 mai : retour sur les lignes d’avril et offensive (le capitaine de Belsunce est tué le 13 mai au matin)

Lien vers document 20

3 – Notes et études

Deux documents très intéressants :

  • Une note du Chef de corps du 3 avril 1944 à l’attention des cadres. Elle est révélatrice de « l’ambiance » du moment mais aussi du niveau de formation tactique. Le régiment est en période de remise en condition. Le LCL PIATTE recadre quelque peu les chefs sur le comportement vis-à-vis des tirailleurs. Il donne aussi des consignes d’emploi pour la défensive (une troupe mal tenue se bat mal, …) et pour l’attaque (pas trop de monde en 1er échelon, ça coute trop cher en effectifs !!), mais aussi pour inciter à l’utilisation des « appareils radiophoniques », par exemple.

Lien vers de doc 31

  • Etude tactique du CBA ROGNON, Cdt le 3° Bataillon, du 3 mai 44, relative à l’attaque prévue le 11 mai, dans laquelle le GIROFANO est identifié comme un objectif majeur dans la manœuvre envisagée. Le commandant à mis à profit la présence du régiment sur la tête de pont fin avril pour analyser le terrain et les forces ennemies. L’axe d’attaque pris en compte dans l’étude est constitué par les pitons de la ligne de crête centrale des monts Aurunci. Il note que le GIROFANO, situé sur une ligne de crête parallèle mais plus au nord, doit impérativement être conquis; parce qu’il est une des clés du dispositif défensif allemand et aussi parce que surplombant la vallée du Liri il permet aux allemands de prendre de flanc les unités blindées amies qui agiront dans cette vallée au nord du dispositif du CEF (ce sera la 1ière DFL du Gal Diego Brosset)

A noter que le 9 juin 2017, le « détachement » de Belsunce a pic-piqué dans la cuvette du Mas Ruggero évoqué dans le début de l’étude.

Lien vers le doc 30

4 – Les ordres

De façon un peu surprenante je n’ai trouvé aucun ordre d’opération proprement dit, ni du 5°RTM ni du 3° Bon. Préemption ou détournement ?

Je n’ai pas trouvé non plus d’ordres ou de documents datés du 12 ou du 13 mai, veille et jour de la seconde offensive.

Quoiqu’il en soit ceux qui sont en ligne sont très intéressants. On y retrouve les cadres quasi immémoriaux et la patte du chef.

  • Un ordre de circonstance radio, retranscrit, du CDC 5°RTM adressé au 3° Bon (trouvé dans le dossier 3° Bon). Non daté.

Lien vers doc 47

  • Ordre de conduite manuscrit du 3°Bon à la 11° Cie (de Belsunce). Combats du Pantano (15 au 20 / 12 / 43). Le capitaine de Belsunce « gagne » sa première citation à l’occasion des combats du 20/12/43.

Lien vers doc 48

  • Ordre particulier au Cne de Belsunce, 24/01/44. Combats du San Croce du 21 au 24 janvier (1ière offensive contre Cassino). Le Cne de Belsunce « gagne » sa troisième citation à l’occasion des combats du 23/01

Lien vers doc 49

Rappel sur la chronologie générale avril/mai 1944 :

  • début avril, la 2°DIM (et le CEF aussi ?) est sur les arrières en phase de complétement et d’entrainement
  • 21 avril au 02 mai 44: le 5°RTM tient un secteur dans la tête de pont du Garigliano
  • Du 3 au 9 mai : au repos à l’arrière
  • Le 10 mai, la 2° DIM revient en 1ière ligne, quasiment sur les positions de fin avril.
  • Le 11 mai, l’attaque lancée à 23h30 est un échec, faute notamment d’une préparation d’artillerie conséquente,
  • Le 12 mai, le général Juin fait le tour des positions de la 2°DIM qui est chargée de percer le dispositif ennemi. C’est à cette occasion que le Cne de Belsunce lui dit que « même les morts passeront ». Juin décide de relancer l’attaque le 13 mai matin après une préparation d’artillerie d’ampleur (2000 pièces). Mais l’effet de surprise recherché le 11 mai, n’y est plus.
  • Le 13 mai,
    • reprise de l’attaque juste avant le lever du jour. Le Cne de Belsunce est tué pratiquement tout de suite.
    • Le Girofano sera conquis en milieu de journée (4°RTM renforcé du 3° Bon/5RTM dont la 11° de Belsunce) et le sommet culminant du massif, le mont Majo, du côté ouest de la cuvette du Mas Ruggero par le 5° RTM en fin de journée.
  • A partir du 14 mai c’est l’exploitation. Les allemands refluent vers la ligne Dora/Hitler.
  • Ordre de mouvement du 5°RTM du 21 avril 44. Le régiment rejoint la tête de pont du Garigliano au sein de laquelle il prend en charge un secteur. Franchissement du Garigliano de nuit ; les ponts (génie) Lion et Tigre sont battus par les feux ennemis. Les unités en profitent pour faire des reconnaissances préalables à l’offensive de mai.

Lien vers doc N°40

  • Ordre de relève du 5° RTM du 29 avril 44. Le 5°RTM laisse la place aux 4° et 8°RTM pour quelques jours de remise en condition avant l’attaque du 11 mai.

Lien vers doc N° 41

  • Ordre préparatoire CDC du 5° RTM du 9 mai. C’est l’équivalent de sa conception de manœuvre pour l’attaque du 11 mai. Le régiment est initialement en réserve, en 2° échelon. Y est joint un calque des objectifs futurs.

J’y ai ajouté le même croquis mais avec les infos complémentaires surtout destiné à montrer où nous sommes passé le 9 juin 2017 avec le « commando » de Belsunce.

Lien vers doc N° 42

  • Ordre préparatoire manuscrit du CDC du 5° RTM du 11 mai 44. Rédigé quelques heures avant le déclenchement de l’attaque qui aura lieu à 23h30.

Entre autres choses plus importantes, il prescrit aux bataillons de détacher un s/off. de liaison au PC Reg et d’établir une chaine de coureurs entre les PC Bat et le PC Reg. Quel en est le but ? Pallier un dysfonctionnement des Trans, pallier une consigne de silence radio ? La seconde hypothèse est à privilégier. En effet les alliés ont cherché à surprendre les allemands : déclenchement de l’opération DIADEME de nuit, pas de préparation d’artillerie (juste un accompagnement lors de l’attaque initiale), …

Lien vers doc N° 43

  • Prévisions pour l’attaque du Cdt du 3° Bon. Manuscrit. 11 mai 1944.

Le bataillon sera derrière le 4°RTM, utilisant la même piste.

A noter que les indicatifs radio des Cies sont les prénoms des CDU.

Lien vers doc N° 44

  • Ordre de conduite manuscrit du CDC 5°RTM pour l’exploitation, le 14 mai au matin.

Les défenses allemandes du centre du massif montagneux (Girofano surplombant la vallée du Liri au nord – à la 1°DFL -  et Mt Mayo dominant la vallée d’Ausonia au sud – à la 3°DIA) ont été conquises. La 2°DIM doit conquérir tout le reste du massif vers l’est et faire jonction avec la 3° DIA (du Gal de Monsabert) à hauteur d’Espéria. Le 3°Bon est en tête.

Un paragraphe est consacré aux mulets (la brèle force !).

Lien vers le doc 45

  • Ordre préparatoire CDC 5°RTM du 20 mai, pour la poursuite de l’action vers Rome. Français et américains rentreront dans Rome les 4 et 5 juin (veille du débarquement en Normandie ; ce qui explique que cette évènement est plutôt méconnu).

Lire le paragraphe sur la situation ennemie qui est assez éloquent.

Le corps de montagne du général Guillaume (les tabors marocains) a relayé l’offensive dans la partie ouest du massif des Aurunci, surprenant là encore les allemands.
Le 2° Corps polonais (8° Armée britannique) prend la ville de Cassino et l’abbaye du mont Cassin le 18 mai.

Le long de la côte le 2°CA US progresse vers Formia et la poche de Anzio

Lien vers le doc 46

Drapeau du 6°RTM lors du défilé du 5 juin à Rome

 6RTM

 5 – Les comptes-rendus

Trois comptes-rendus intéressants par la forme et le fond. Hélas ils ne sont ni datés ni localisés. On ne peut donc pas les remettre dans leur contexte mais ils sont exemplaires.

Ces CR manuscrits laissent penser que l’équipement radio n’allait pas encore jusqu’au niveau du chef de section.

  • Le lieutenant Mouchel au Cne de Belsunce. Le « Je suis, je vois, je fais, je demande» comme en école, très efficace. Rédigé quelques minutes après un tir d’artillerie meurtrier.

Lien vers le doc 50

  • Le sergent-chef Bozzi au Cne de Belsunce. CR d’une patrouille de reconnaissance. Moins carré mais il s’engage et fait preuve de proposition.

Lien vers le doc 51

  • Anonyme. CR de reconnaissance. La forme est respectée et tout est dit en quelques mots.

Lien vers le doc 52

6 – Ordre de bataille – Effectifs – Pertes

  • L’ordre de bataille officiers du 5° RTM – 10 janvier 1944.

83 officiers dont une vingtaine d’aspirants chefs de section.

Lien vers le doc 60

  • Situation d’encadrement du 3° bataillon – 7 janvier 1944

Dont la 11° Cie du Cne de Belsunce

La section d’accompagnement c’est en fait la section mitrailleuses et mortiers

Lien vers doc 61

  • Les effectifs du 5° RTM au 1er avril 1944.

On notera qu’un régiment d’infanterie à cette époque c’est environ 3 000 hommes.

Il faut aussi remarquer la forte proportion des non-indigènes parmi les caporaux et tirailleurs.

Ce sont des pieds noirs mobilisés mais aussi des évadés de France. La très grande majorité de ces derniers appartenaient à l’armée d’armistice en zone non-occupée. Ils se sont « évadés » principalement par l’Espagne quand les allemands ont envahi la zone sud en 1942. Un des plus célèbres « évadé de France » est le général de Lattre de Tassigny qui, arrêté est parvenu à s’évader.

Lien vers doc 62

  • Les pertes du 5° RTM du début de la campagne d’Italie (nov 1943) jusqu’à la fin de la guerre en 1945.

Les pertes sont globalement extrêmement élevées et illustrent l’extrême violence des combats.

Elles s’élèvent à 2947 (tués : 508, disparus 95, blessés : 2344). A rapporter à l’effectif total de 3000 hommes.

Quasiment le tiers des officiers est tué (26 sur 83) et les deux tiers sont blessés (53 sur 83).

Lien vers le doc 64

A titre info, les pertes de la 2°DIM lors de la campagne d’Italie (effectif total du CEF en mai 1944: 110 000H)

pertes

7 – DIVERS

  • Un bulletin de punition en septembre 1943 (le 5° RTM est encore en Afrique du nord)

De la hiérarchie des sanctions …

Le Cne de Belsunce inflige 8 jours d’arrêt simple pour la perte d’un sac de paquetage.

Le Cdt du bataillon monte à 8 J. d’arrêt de rigueur

Le chef de corps conclut à 15 jours d’AR

Lien vers doc 71

  • Un croquis de repérage

Et peut-être un plan de feux artillerie ?

Lien vers le doc 70

  • L’adjudant Ahmed BEN BELLA a été affecté au 5° RTM en 1943-44

Médaille militaire et 4 citations

Il deviendra un des futurs chefs du FLN et premier président de la république algérienne.

Lien vers doc 73

8 – Récompenses et citations

  •  Récompenses accordées lors de la campagne d’Italie au sein du 3° Bon (Nov 43 – juillet 44).

On notera qu’une seule DSO(US) a été accordée (Cne de Belsunce).

Sur les 8 grades attribués dans la Légion d’Honneur, 4 l’ont été à titre posthume. Ceci illustre encore une fois l’engagement très fort des jeunes officiers en particulier (la revanche de 1940) et les très fortes pertes en officiers au cours de cette campagne.

Près de 550 citations avec attribution de la croix de guerre ont été accordées aux 818 personnels du 3° Bataillon.

Lien vers le doc 63

  • Citation du 5° RTM à l’ordre de l’armée. 25 03 1944

Lien vers doc 80

  • Citation du 3° Bon / 5RTM à l’ordre du CA, avec croix de guerre - mai 1944

Lien vers doc 81

  • Citation du 5° RTM à l’ordre de l’armée – mai 1944

Lien vers doc 82

  • Citation du 5° RTM à l’ordre de l’armée, avec croix de guerre – mai 1945

Lien vers doc 83

  • Remise de la DSO (US) au Cne de Belsunce – 30 mars 1944

Lien vers doc 84

  • Remise de la croix de chevalier de la LH au Cne de Belsunce – 11 avril 1944

Lien vers doc 85

9 – Des photos

  • Les mulets (la brêle-force).

Lien vers doc 90

Photos du terrain prises à l’époque. Elles donnent une bonne idée de la difficulté des combats pour l’attaquant.

  • Les crêtes du mont Cerasola.

C’était le premier objectif avant le Girofano. Conquis dès le 11 mai. Situé à droite de la cuvette centrale du Mas Ruggero et surplombant la vallée du Garigliano (fuseau de la 1°DFL).

Nous avons pique-niqué dans cette cuvette le 9 juin 2017.

Lien vers doc 91

Lien vers doc 92

  • Les crêtes situées à gauche de la cuvette centrale du Mas Ruggero. Dont une photo aérienne de l’époque.

Lien vers doc 93

Lien vers doc 94

------------------------------

Vous êtes ici : Accueil Histoire GARIGLIANO